AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Merci de nous avoir suivi jusqu'ici, plus d'informations dans ce sujet!

 

 la marmaille (thomas).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
COMPTEUR EN MARCHE + I'm waiting for you
COMPTEUR EN MARCHE + I'm waiting for you

J'ai posé mes bagages en ville le : 15/11/2015 et depuis j'ai pris l'avion : 29 fois ce qui m'a fait gagner : 0 Sinon vous avez remarqué je ressemble à : kristine froseth
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: la marmaille (thomas).   Mer 18 Nov - 14:30

    Plus loin le soleil qui émerge difficilement d'une longue nuit caché de l'autre côté de la terre. En face, les premiers passants qui pressés resserrent leurs doigts contre les mallettes en cuir vernis, leurs vestes bien boutonnées jusqu'en haut. Là sur le trottoir, en tailleur sur le rebord, Alice a les doigts couverts de peinture. Du rouge, du jaune et du bleu. D'un geste de la main, elle repousse une mèche de cheveux vagabonde et colore sa joue. Ses doigts vont et viennent, s'appliquent à suivre un tracé qu'elle est la seule à connaître. Pinceau a la main, elle ferme les yeux, visualise le dessin qui accapare son esprit pour mieux le retranscrire sur le sol. Alice aime peindre sur le béton. Le gris fade recouvert de couleurs qui disparaissent à la première pluie. Un passant s'arrête, regarde et disparaît. Un second s'approche, l'évite et sort de sa poche seigneur téléphone qu'il ancre avec habitude contre son oreille. Parfois, il arrive que certains s'arrêtent, adressent la parole à cette drôle de poupée, cherchant a comprendre ce qu'une enfant comme elle peut bien faire dehors. Elle explique. Alice sourit, raconte les dessins dans sa tête, ce besoin immense d’extérioriser. Elle raconte combien son pinceau la rend vivante. Combien elle aime lire la curiosité, le plaisir ou même la haine sur le regard des gens qu'elle croise. Ce matin les gens n'ont rien à voir, et l’œuvre terminée, la jeune fille se lève, noue ses cheveux au dessus de sa tête, ramasse son matériel qu'elle glisse en vrac dans son sac à dos. On dirait une adolescente, une de ces demoiselles tout droit sortie du lycée. Parce qu'Alice à la peau blanche, et un corps tellement plat qu'on pourrait y voir un garçon. Le sac vient se nicher contre son épaule, alors que son regard vagabonde sur l'image dessiné sur la route. Un visage, des yeux immenses. Elle observe un moment, mémorise l'éphémère, alors que dans son dos, elle entend déjà qu'on lui hurle de ne pas bouger. Ses doigts se resserrent contre la bretelle de son sac à dos. Le policier en uniforme lui répète de rester à sa place, il emploie le ton de ceux qui veulent se rendre imposants. Alice sourit, lève les mains en l'air. Faut dire qu'elle ne bouge jamais, qu'elle reste toujours là, a attendre qu'ils lui annoncent les uns après les autres « l'état d'arrestation pour dégradation de la voie public ». Elle finira au poste, a attendre dans un courant d'air qu'on veuille bien lui rendre sa liberté.

    Il est tôt, et le soleil perce à peine à travers les volets roulants du poste de police. Ca pue le tabac froid et la transpiration. Assise face au bureau du policier en uniforme, Alice ne sourit plus, elle répond aux questions qu'on lui pose en tournant de manière régulière la tête vers la porte. Ils ont dit qu'ils l'avait appelé. Lui. Alors qu'est ce qu'il fait ? « … vous a déjà avertis, vous risquez... » La porte s'ouvre et Alice se lève. Animal fragile, elle bondit sur ses jambes, et court vers l'homme qui a franchit la porte sous le regard épuisé du représentant de la loi. Un brave type qui soupir alors qu'Alice se glisse dans les bras du garçon, là où elle semble encore plus minuscule. « Je te jure que j'ai rien fait. » Elle se serre contre lui, espérant peut être qu'il ne lui en voudra pas de l'avoir fait déplacer. Lui. L'ombre de Sasha. Elle s'écarte délicatement alors que le policier s'est rapproché. « Ça ira pour cette fois, mais qu'on ne vous y reprenne pas... » Alice repositionne sur ses épaules son sac à dos, le regard posé sur Thomas, dont le visage semble de plus en plus tiré par la fatigue. Son ventre se noue. Alors Alice un instant regrette l'insouciance, cette envie a laquelle elle a décidé de céder, se retrouvant dans la rue, l'obligeant lui à venir constater les dégâts. Silencieuse, elle détourne le regard, pour ne pas y lire une quelconque déception. Personne n'était déçu par Sasha.

Revenir en haut Aller en bas
 

la marmaille (thomas).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Tim Thomas sur le marché des transaction !
» Mélanie quitte le bar du mistral [PV Thomas]