AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Merci de nous avoir suivi jusqu'ici, plus d'informations dans ce sujet!

 

 KENDALL & LEO + lights will guide you home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
COMPTEUR ARRÊTE + i don't care
COMPTEUR ARRÊTE + i don't care

J'ai posé mes bagages en ville le : 19/10/2015 et depuis j'ai pris l'avion : 273 fois ce qui m'a fait gagner : 74 Sinon vous avez remarqué je ressemble à : Benjamin Eidem
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: KENDALL & LEO + lights will guide you home   Sam 21 Nov - 3:53


Lorsque ta soirée avait commencé, tu n’aurais certainement pas parié la terminer de cette manière. Ce soir, c’est un de ces rares samedis où Prune et toi avez décidé de ne pas travailler et prendre un peu de bon temps chacun de votre côté. Tu l’as attendu cette soirée. Un samedi loin du bar, loin des clients, loin du travail. Bref, le répit dont tu as besoin depuis un bon bout de temps. Tu as donc décidé de sortir avec des amis en boîte. Ta soirée te semblait déjà toute tracée. Tu ne changes pas tes habitues ; c’est toujours la même chose. Tu commences par quelques verres, ceux qui te permettent de débuter la soirée comme il le faut. Puis viennent d’autres verres. Et enfin, ceux de trop arrivent à la fin. Ceux qui le lendemain te font oublier la nuit de la veille. Ceux qui lorsque tu regardes de l’autre côté de ton lit, te rappellent que tu n’as pas fini la soirée seule. Tels étaient donc tes plans pour la soirée. Mais c’était sans compter sur ton frère. Tu l’as croisé à l’entrée de ce même club parisien, éméché plus que de raisonnable, et impliqué dans une dispute qui aurait certainement mal fini.
Te voici donc, en compagnie d’Owen, tentant tant bien que mal de le faire tenir sur ses deux jambes. Il te parle. Tu ne l’écoutes pas. Au fond de toi, tu la sens. Ta colère. Celle qui ne te quitte jamais et qui attend toujours le moment propice pour faire son apparition. Tu es furieux contre Owen. Tu ne lui en veux pas seulement de t’avoir fait gâché ta soirée. Tu lui en veux surtout pour son comportement. Ça n’est pas nouveau. Tu l’as souvent vu saoul, voire totalement shooté quelques fois. Et tu as cette horrible impression que cela ne cesse d’empirer à chaque fois que tu le croises. Tu lui en veux autant que tu t’en veux à toi-même. Peut-être que si tu n’étais pas parti, cela aurait été différent. Peut-être que si tu avais été plus présent… Peut-être que si… Peut-être. Des suppositions qui ne t’avancent pas tellement. C’est à contre-coeur que tu le ramènes chez lui. Dans la maison familiale. Ça fait des mois que tu n’y as pas mis les pieds. Et encore, la dernière fois, tu t’es contenté d’attendre à l’extérieur. Cette fois-ci, tu n’as pas tellement le choix. Mais la nuit te donne du courage, il fait tard et tu te dis qu’avec peut-être un peu de chance, tu ne croiseras personne. Ton père principalement. Tu as rompu tous les liens avec lui. Il ne fait plus partie de ta vie depuis un long moment.
Une fois dans la courette de l’immeuble, tu récupères les clés de ton frère avant de t’arrêter pour l’observer un court instant. Son regard semble perdu dans le vide. « T’as vraiment intérêt à pas faire de bruit Owen. » Il acquiesce même si au fond de toi, tu n’es pas sûr qu’il mette réellement en application ce que tu viens de lui dire.
C’est en silence que vous entrez dans le bâtiment. Les lumières sont éteintes et il n’y a pas de bruit à ton plus grand soulagement. Même si tu as du mal à te l’avouer, cela t’enlève un peu un poids et tu te sens plus léger. Tu n’as vraiment envie de croiser personne. A commencer pas ton père, son épouse, mais aussi elle… ta sœur. Tu n’es pas prêt pour cela. Pas encore. Peut-être même jamais. Toujours en silence, tu allumes la lumière de table qui se trouve à l’entrée. Et pour la première fois depuis bien longtemps, ton regard se pose à nouveau sur ce qui une fois fut ta maison. En quelques secondes, tu les vois défiler devant tes yeux. Des images. Des souvenirs. De toi et d’Owen. Mais surtout, tu la revoies elle. Ta mère.

━━━━━━━━━ ∞ ━━━━━━━━━

you may have fucked up a little ✖️ closure
» You hit the drink, you take a toke, watch the past go up in smoke, fake a smile, yeah, lie and say that you're better now than ever, and your life's okay. Well it's not, no. You're doing all these things out of desperation. You're going through six degrees of separation. First, you think the worst is a broken heart. What's gonna kill you is the second part. And the third is when your world splits down the middle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
ANOMALIE + better being different
ANOMALIE + better being different

J'ai posé mes bagages en ville le : 13/11/2015 et depuis j'ai pris l'avion : 100 fois ce qui m'a fait gagner : 162 Sinon vous avez remarqué je ressemble à : tmh
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Re: KENDALL & LEO + lights will guide you home   Mar 24 Nov - 20:03

lights will guide you home

Un regard à la tablée. Vous étiez seuls. Silencieux. Voilà comment le diner se déroulait depuis maintenant plusieurs jours. Tu n'osais rien dire, de peur de tout gâcher. Tu avais peur que, d'un coup, vous passiez de trois à deux. Parfois, vous étiez quatre, mais Owen n'était pas là ce soir. Comme beaucoup de soirs. Ton regard capta alors celui de son père, posé sur cette place vide. Vide depuis maintenant trop longtemps. Tu ne dis rien. Encore une fois. Et pourtant, tu pouvais ressentir ton coeur se serrer douloureusement dans ta poitrine. Un simple regard de sa part vers cette place vide suffisait. Tous tes espoirs se perdaient dans les landes par cette simple action de sa part. Tu n'avais plus faim. Ce geste innocent t'avait coupé l'appétit. À ton tour, tes yeux se posèrent sur cette chaise vide, l'espace d'une seconde, avant de retourner vers ton assiette. Elle était encore pleine. Et enfin, il se leva. Ta mère fit de même. Il avait fini. Toi non. Mais elle te débarrassa quand même. Tu n'avais pas toucher à ton repas. Tu n'avais pas faim de toute façon. Cette ambiance te coupait l'appétit, à chaque fois. Et dans un murmure, tu quittais cette pièce trop pesante pour retourner dans ta chambre.Cette prison dorée, tu y avais rêvé, Pendant longtemps. Maintenant, tu la détestais presque. Et à cet instant, tu donnerais vraiment tout pour retourner en arrière. Les cheveux éparpillés sur ton oreiller, tu fermais doucement les yeux, fermant ainsi ton esprit au monde extérieur. Tu ne voulais pas entendre les voix qui s'élevaient de plus en plus dans le salon.

Combien de temps es-tu restée ainsi? Dans cette position fœtale? Tu ne le savais pas. Un coup d'oeil à ton poignet. Geste routinier. La série de zéro était toujours là. Bien sûr. Soudain, tu te levais, tes sens aux aguets. Owen venait de rentrer. Sans doute, vu que la porte d'entrée s'était refermée dans un boucan sans pareil. Ou peut-être était-ce simplement toi et ton ouïe. Sûrement. Tes parents ne s'étaient pas réveillés. Tu hésitais alors. Tu ne savais pas si c'était une bonne idée de l’accueillir. Il devait sûrement être dans un état déplorable. Mais s'il avait réussi à rentrer... Doucement, tu ouvrais la porte de ta chambre et sortais de ton refuge. Plus bas, tu apercevais une petite lueur chaleureuse. Une lumière s'était allumée. Alors, peut-être que finalement, Owen n'était pas si bourré? S'il avait eu la présence d'esprit d'allumer une lampe pour éviter de se cogner contre un quelconque meuble, ça voulait quand même dire qu'il était encore conscient de son entourage. Alors, silencieusement, tu décidais d'aller l’accueillir. Peut-être qu'il aura faim. Sûrement, on a toujours faim une fois un peu d'alcool dans le nez.

Seulement, tu n'eus même pas le temps de poser tes pieds dans le hall d'entrée que tu t'arrêtais. Tes yeux s'écarquillèrent alors tandis que, sous tes yeux, se dessinaient le visage d'un homme que tu n'avais plus vu depuis des lustres. Il était là. Est-ce qu'il t'avait vu? Son regard semblait lointain. Mais il l'était toujours quand il était posé sur toi. Un regard de froideur. Un regard de colère. Alors, tu baissais les yeux pour ne pas à les affronter. « Bonsoir Leo... » Ta voix était sortie dans un murmure. Tu n'étais même pas certaine qu'il t'avait entendu. Et tes yeux, l'espace d'une seconde, se posèrent à nouveau sur lui avant de les détourner. C'est alors que tu remarquais Owen. Ou, ce corps pendant qui semblant être Owen. Tu descendais alors les dernières marches qui vous séparaient avant de t'approcher de tes frères. « Attends, je vais t'aider... » T'étais pas certaine de pouvoir le faire, vu la corpulence d'Owen face à ton corps frêle.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
COMPTEUR ARRÊTE + i don't care
COMPTEUR ARRÊTE + i don't care

J'ai posé mes bagages en ville le : 19/10/2015 et depuis j'ai pris l'avion : 273 fois ce qui m'a fait gagner : 74 Sinon vous avez remarqué je ressemble à : Benjamin Eidem
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Re: KENDALL & LEO + lights will guide you home   Mer 2 Déc - 3:02


C’est tour à tour que ton regard se pose sur la pièce si familière. Sur les meubles, les objets que tu reconnais. Tu remarques aussi de nouvelles choses. Des choses qui n’étaient pas là avant, lorsque tu vivais encore dans cette maison. Au fur et à mesure que ton regard se promène tout autour de toi, tu te rends compte que finalement cette maison a tout de même pas mal changé. Au fond de toi, tu sens comme un pincement. Tu te rends un peu mieux compte de tout le temps qui s’est écoulé depuis que tu as pas mis les pieds pour la dernière fois dans cette maison. Tout le temps que tu as passé à ruminer cette rancœur qui ne te laisse jamais seule et t’accompagne toujours. Le temps que tu as passé à regretter le passer. Temps passé à réfléchir à un moyen de faire mal à ton père autant qu’il t’avait fait mal. Oui, tu es rancunier. Tu lui en as longtemps voulu, pour beaucoup de choses. Pour ta mère. Pour ses ingérences constantes dans ta vie privée. Mais surtout pour sa nouvelle vie. Sa nouvelle famille. Lui en veux-tu encore aujourd’hui ? Peut-être que non parce maintenant, tu l’as tout simplement rayé de ta vie. Du moins, c’est le mal que tu te donnes au quotidien.
Le boucan de ton frère finit par te faire sortir de tes pensées. C’est non sans difficulté que tu l’aides à tenir sur ces jambes qui semblent ne plus lui répondre. « Avec tout le bruit que tu fais, tu risques de rameuter tout le quartier. » que tu lui dis sur un ton des plus sérieux. Tu n’as pas la tête à plaisanter à cet instant. Tout ce que tu veux, c’est quitter au plus vite cet endroit qui te rappelle tant de souvenirs, bons comme mauvais. Tu veux t’en aller au plus vite afin de ne croiser personne parce qu’en dehors de ton frère, aucun des habitants de cette maison ne trouve grâce à tes yeux.
Au même moment, tu perçois une ombre provenant des escaliers. Tu tournes la tête et la vois apparaître devant toi. Elle... Kendall. Ta mâchoire se crispe instinctivement. Et, là, au fond tu la sens monter, la colère. Tu es furieux contre ton frère mais aussi contre toi-même. Pourquoi as-tu mis les pieds ici ? Ton regarde se pose longuement sur elle sans que tu ne dises un mot. C’est finalement elle qui brise le silence. L’entendre prononcer ton prénom te parait étrange, presque inapproprié. Tu ne prends pas la peine de lui répondre. Tu n’en as pas envie. Tu ne veux rien d’elle. Tu ne la vois pas autrement que le fruit de la trahison de ton père. « Attends, je vais t'aider... » Tu lèves les yeux lorsqu’elle s’approche et réagis enfin. « Non c’est bon, je peux bien me débrouiller seul. » que tu lui réponds d’un ton sec, presque cassant sans lui adresser un regard. Tu l’évites de toutes les manières possibles. Tu l’évites depuis toujours depuis que tu as appris son existence. Tu ne la connais pas. Tu n’as jamais vraiment essayé de la connaitre. À quoi bon ? Tout comme ton père, elle ne fait pas partie de ta vie.
Tu essayes tant bien que mal de soutenir ton frère. Bien que la situation t’énerve un peu, son état t’inquiète aussi. Tu te demandes depuis combien de temps tout cela dure, ces beuveries excessives. Tu te demandes même s'il n'a pas toucher à autre chose qu'à l'alcool. C’est une fois arrivé devant les marches que tu rends compte que l'exercice ne va pas être simple. De plus, tu lèves les yeux vers là-haut. Non, tu n’as pas envie d’aller jusque là. Tout ceci, c’est déjà beaucoup pour toi. Tu te tournes donc vers la porte la plus proche, celle du salon dans tes souvenirs. Tu t’arrêtes devant la double porte en bois fermée. Tu l’observes pendant un moment avant de soupirer. Tu tournes la tête et ton regard se pose sur la jeune femme à quelques mètres de toi. Tu ne dis rien, aussi borné que tu es. Pas un mot. Mais ton regard parle pour toi. Peux-tu ouvrir cette porte ? Quelques mots qui te semblent si durs à prononcer.

━━━━━━━━━ ∞ ━━━━━━━━━

you may have fucked up a little ✖️ closure
» You hit the drink, you take a toke, watch the past go up in smoke, fake a smile, yeah, lie and say that you're better now than ever, and your life's okay. Well it's not, no. You're doing all these things out of desperation. You're going through six degrees of separation. First, you think the worst is a broken heart. What's gonna kill you is the second part. And the third is when your world splits down the middle.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Sujet: Re: KENDALL & LEO + lights will guide you home   

Revenir en haut Aller en bas
 

KENDALL & LEO + lights will guide you home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Light will guide you home [Eydan]
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide